Dans le cadre de cette exposition à la Placette, David Joao Fernandes explore la notion de « Saudade ». Intraduisible en français, ce mot portugais exprime un sentiment complexe et une tension entre mélancolie, nostalgie et espoir. Immergé par cette émotion particulière, l’artiste propose, sous forme de sanctuaire, une mise en scène de son univers qui invoque une iconographie picturale imprégnée de souvenirs, dans laquelle objets ornementaux et créatures cohabitent et semblent être éclairés d’une même lumière pourpre et brumeuse.

À travers ses peintures digitales, David Joao Fernandes invoque un univers onirique et intemporel où la question du réel est sans cesse remise en question. S’inspirant d’expériences personnelles, ses recherches se centrent sur les rapports entre cultures traditionnelles portugaises et les cultures populaires et contemporaines, qui forment pour lui un riche bassin d’expérimentations. Issu d’une famille d’immigrés portugais, il a rapidement découvert un intérêt fort pour l’esthétique et la culture lusitanienne – relative au Portugal, dans laquelle symbolisme, mélancolie et sorcellerie se retrouvent étroitement liés.

Né en 1995 à Martigny/Valais, David Joao Fernandes achève une formation en peinture et en illustration en 2017. Il vit et travaille entre Lausanne et le Valais. Lauréat de la bourse Art Pro pour artistes émergeants du Valais, il bénéficie également de la Bourse 2021 pour une résidence artistique de 6 mois à Berlin, attribuée par le canton. Son travail a été présenté dans de nombreuses institutions Suisses comme par exemple la galerie Schützenlaube ou encore l’espace GPS au musée du Manoir de Martigny.